Les allergies respiratoires : le pollen chez l’enfant

D’un point de vue scientifique il n’est même pas encore possible d’expliquer de façon indiscutable pourquoi l’organisme d’une personne se met à manifester une allergie à un produit. Et sur la liste des allergènes, le pollen fait partie de ceux qui touchent le plus grand nombre de personnes. Chez les enfants l’allergie au pollen est l’une de plus populaires. On vous en dit un peu plus.

Comprendre l’allergie au pollen

L’allergie au pollen est une sorte de trouble qui survient lorsque l’organisme d’une personne réagit de manière disproportionnée à l’intrusion. Cela peut se manifester par des troubles respiratoires ou encore des troubles visuels et des démangeaisons. On retient juste que le nez et les yeux sont les deux organes qui sont généralement les plus impactés. Le corps de l’enfant se mettra à secréter de l’histamine en abondance dans le but d’expulser les agents étrangers.

Les pollens en question sont transportés par le vent et il en existe de plusieurs types. Il y a les pollens gaminés (qui se libèrent entre mai et juin), les pollens herbacés (entre juillet et septembre) et les pollens à arbre dont les bouleaux sont considérés comme les plus allergisants. Mais le plus important sera toujours de savoir à temps que votre enfant fait une allergie au pollen afin d’agir en conséquence.

Quels en sont les symptômes ?

Il est à noter que certains symptômes seront beaucoup plus évidents que d’autres. Mais peut importe le type de symptôme, dès que vous avez des soupçons ne manquez pas de consulter un médecin.

La rhinite : le nez de l’enfant se mettra à couler sans raison apparente ; ces écoulements seront intenses selon la quantité de pollen respirée. Il peut aussi se produire une obstruction des voies nasales.

La conjonctivite : les yeux de l’enfant vont rougir et se mettront à secréter des larmes alors que celui-ci ne pleure pas.

La fatigue : une fatigue peut aussi s’installer avec la présence répétitive des symptômes sus cités. Votre enfant aura de plus en plus de mal à se concentrer.

Symptômes asthmatiques : la présence de pollen dans l’organisme peut déclencher des symptômes similaires à ceux d’une personne qui souffrent d’asthme (toux sèche, respiration sifflante, difficulté respiratoire). Il va sans dire qu’un enfant qui fait de l’asthme sera un peu plus sensible à la présence de pollen dans l’air.

Comment y faire face ?

Nous l‘avions dit plus haut, votre médecin est le premier recours que vous avez en cas de symptômes et de soupçons. Cela dit, la meilleure manière d’y faire face c’est de faire en sorte que les pollens ne soient plus présents dans l’air respiré ; car aussi efficace que soit le traitement, si les agents pathogènes sont toujours présents les symptômes seront à nouveau déclenchés.

L’autre façon de prévenir ce type  d’allergie est de procéder à une désensibilisation. Elle peut être injectable sous-cutané, sublinguale ou sous forme de prise de comprimés. La fréquence va dépendre de chaque forme de désensibilisation. Mais déjà à l‘âge de 5 ans, faîtes faire un test à votre enfant afin qu’un médecin puisse déterminer sont type d’allergie.