Amazon admet que les livreurs urinent dans des bouteilles

© EPA / CRISTOBAL HERRERA-ULASHKEVICH

Après un démenti erratique qui a brusquement rejeté l’affirmation du député américain Mark Pocan selon laquelle les conducteurs d’Amazon devaient faire pipi des bouteilles en raison de contraintes de temps, le détaillant en ligne revient maintenant. Non seulement ce fait a été confirmé dans un article de blog, mais Amazon s’est également excusé pour le tweet apparemment faux et auprès du politicien américain qui a rendu l’affaire publique.

Documents internes taxés Amazon

Même avant le refus public, le détaillant en ligne était sous pression. Parce que des documents internes et de nombreuses photos sur Reddit ont clairement montré qu’en raison du manque de pauses toilettes possibles, le problème d’uriner dans des bouteilles en plastique, des tasses et d’autres récipients n’est pas seulement répandu, mais est connu depuis longtemps sur Amazon.

Dans l’article de blog, Amazon admet que la réponse au tweet était incorrecte. Il y a beaucoup de toilettes dans les centres de distribution de l’entreprise et les employés peuvent les utiliser à tout moment pendant le travail. Quant aux chauffeurs à la livraison, Amazon sait que parfois ils ne peuvent pas trouver de toilettes en raison des conditions de circulation ou des itinéraires ruraux. De nombreuses toilettes publiques ont également été fermées en raison de la pandémie corona.

Problème à l’échelle de l’industrie

D’autres entreprises font également face au problème. Amazon a déclaré qu’il essaierait de trouver une solution. En revanche, l’entreprise n’a pas dit un mot sur les délais serrés pour les chauffeurs-livreurs. Certes, ce n’est pas uniquement un problème d’Amazon, ni limité aux États-Unis. Les conditions précaires des livreurs de colis sont également critiquées à plusieurs reprises en Autriche et en Allemagne. La plupart des livreurs ne sont pas payés à l’heure, mais livrés par colis.

En outre, les livraisons, même de fournisseurs tels que la poste autrichienne, sont parfois gérées par des sociétés extérieures, qui à leur tour sous-traitent des contrats à des sous-traitants et des entreprises individuelles. Au cours de l’année écoulée en particulier, en raison de la situation du bureau à domicile, beaucoup ont remarqué que les livraisons de différents fournisseurs n’avaient pas abouti parce qu’il n’y avait pas le temps de sonner la cloche.